Vous êtes ici : Sciences Physiques / Naissance du système solaire
 

Et pourtant, même si toutes les planètes sont là, le visage du Système Solaire est bien différent de celui qu'on lui connaît à présent : il était deux fois plus étroit. En réalité, aucun modèle, aucune théorie de la formation du Système Solaire développés jusqu'il y a peu ne pouvait rendre compte de la croissance de planètes aussi grosses qu'Uranus et Neptune aux distances qu'elles occupent actuellement : celle-ci serait trop lente. L'évidence surgit : ces deux planètes n'ont pas grandi à leur position actuelle, elles y ont été amenées. Le moyen par lequel s'est effectuée cette migration est resté mystérieux jusqu'il y a quelques mois. En mai dernier fut publié ce qui apparaît comme le scénario le plus complet de l'évolution précoce de notre système planétaire, une fois les planètes formées. Selon ce scénario, la planète la plus extérieure de toutes pourrait avoir été Uranus. Et de plus, elle est apparue à une quinzaine d'unités astronomiques du Soleil, distance qui représente la moitié de la distance actuelle de Neptune. Les quatre planètes géantes se succédaient dans un espace deux fois plus restreint qu'à présent, en plus de la possible inversion des positions des deux dernières.

Au-delà des planètes géantes, le disque s'étendait toujours, mais son évolution fut bien plus lente, en raison de la distance au Soleil. Il n'y avait là que des planétésimaux, peut-être des protoplanètes. Cette ceinture bordant le Système Solaire s'appelle de nos jours " ceinture de Kuiper ", elle renferme ces planétésimaux qui ne se sont pas encore agglomérés, faute de temps, et qui ne sont rien d'autre que des noyaux de comètes.

A l'époque de la formation des planètes géantes, l'espace dans lequel elles orbitaient ne s'était pas parfaitement vidé. Il restait des objets, des blocs qui avaient échappé à l'accrétion, mais qui ne résisteront pas aux perturbations gravitationnelles qui vont leur être infligées. Ces dernières vont les faire quitter leur orbite, s'approchant su Soleil ou s'en éloignant. Mais il ne faut pas oublier le principe d'action-réaction dans ce processus : un peu comme le canon qui a un mouvement de recul lors d'un tir, les planètes elles aussi voient leur orbite se modifier imperceptiblement, en dépit de leur masse considérable, à chaque fois qu'elles poussent un objet.

 

 
[ 1 - 2 - 3- 4 - 5- 6 - 7 ]